Forum pouvant contenir des propos violents et évoquer la sexualité.


AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Malia Dias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malia Dias

avatar

Sexe : Féminin
Age : 20 ans

Vêtements : Robe aux tissus de couleur rouge, ocre, orange et jaune.

Classe d'arme : Dacensomante
Classe pro : Danseuse

Réputation : 0.5


MessageSujet: Malia Dias   Mar 8 Jan - 15:14

Malia
Dias
Danseuse
20 ans

Dacensomante
Sous-fifre d'Eyin
Membre de la Guilde Noire


Qui suis-je pour en être arrivé là ?

Citation :
Comment je pense ?

Malia est une fille des rues et en tant que telle, elle sait rester discrète et ne pas se faire remarquer. Malgré cela, elle a un caractère droit et fort et elle n’aime pas du tout qu’on la force à faire une chose qu’elle n’a pas envie de faire ou qu’elle n’aime pas faire. Mais elle a appris à mettre un sourire sur son visage. Elle n’est pas particulièrement manipulatrice dans le fond, mais elle sait qu’avec un sourire, tout passe mieux. Malia est aussi particulièrement farouche et indépendante, dû à son enfance et elle est particulièrement ambitieuse. Elle s’est aussi rendue compte que pour avancer dans la vie, il faut se servir de ses atouts. Tous ses atouts. C’est pourquoi elle a décidé de devenir danseuse. Et aussi bien qu’on ne puisse détourner son regard d’elle quand elle danse, si elle veut passer inaperçue, personne ne la verra.

À quoi est-ce que je ressemble ?

En parlant de physique, Malia met le sien à profit et il y a de quoi faire ! Malia est une femme ravissante de carrure assez légère et d’environ 1m64 de hauteur. Sa peau est pale, mais ses cheveux bruns, longs et lisses font ressortir un éclat de cette peau et donne un aspect vigoureux à Malia. Les cheveux lui descendent jusqu’au creux des reins et certaines mèches plus claires rehaussent le ton. Sur elle, elle ne porte qu’une robe légère aux teintes ocre et jaune. Le visage de Malia est quant à lui assez fin avec des yeux pouvant passer d’un regard perçant à un regard enjôleur et un nez droit descendant sur une bouche aux lèvres rouges et un peu rosées.

Comment j'en suis arrivée là ?

Citation :
Où est-ce que j'en étais...

Malia est née dans les murs de Brûleciel, a grandi entre les murs de Brûleciel et vit toujours dans cette cité. On ne peut pas dire que la vie de Malia ait été particulièrement exceptionnelle, mais elle n’est pas non plus entièrement banale. Malia a vécu son enfance dans les quartiers autour de la rue Cyprès, elle n’avait pas de parents et avait dû se débrouiller par elle-même. Elle avait longtemps vécu dans les rues s’abritant des pluies sous les bords de toit des maisons où celui-ci dépassait assez. Elle apprit bientôt à toujours garder une dague sous ses vêtements pour pouvoir se défendre si jamais le besoin s’en faisait sentir.
Ainsi les années passèrent et Malia grandissait tant bien que mal. Les périodes de famine, de froid et de maladie s’enchainaient, mais Malia grandissait et s’aperçut bientôt qu’elle arrivait à un âge où les hommes la regardaient comme les autres femmes sur le bord de la route. Elle comprit alors que si elle voulait sortir de sa condition, elle devait se servir du plus important de tous ses atouts : sa beauté. Mais plutôt que vendre son corps, une chose pour laquelle elle n’avait aucun respect, elle préféra devenir une danseuse et alla trouver un groupe d’artistes.
Malia trouva assez vite le groupe d’artistes qui lui enseignèrent les bases de la danse, mais elle n’aimait pas l’ambiance du groupe qu’elle trouvait trop oppressante pour elle qui était très indépendante et peut-être un peu solitaire aussi. C’est ainsi qu’elle recommença sa vie. Sa profession de danseuse lui permettait de gagner assez d’argent pour lui permettre de se loger et de se nourrir même si parfois c’était de peu. Elle vécut ainsi plusieurs années encore et sa danse ainsi que sa maitrise de la dague s’amélioraient l’une comme l’autre du fait de ses performances et de l’insistance de certains hommes après ceux-ci.
Et un jour la Guilde Noire pris le contrôle de la ville et tua la famille royale.

... et où est-ce que j'en suis.

Malia ne vécut pas ce coup d’Etat comme quelque chose de particulier. Après tout cela ne l’affectais pas, n’est-ce pas ? C’est du moins ce qu’elle croyait. En effet un jour alors qu’elle faisait une représentation près de la Grande place dans la Rue Cyprès, une troupe de soldats de la Guilde qui passait à coté s’arrêta pour la regarder. Malia n’aimait pas beaucoup les soldats de la Guilde, car maintenant qu’ils tenaient la ville, ils se croyaient tout permis. Une fois sa représentation finie, Malia essaya de prendre son argent vite fait pour pouvoir s’en aller et mettre de la distance avec les soldats de la Guilde. Malheureusement, ceux-ci attrapèrent Malia avant qu’elle ne puisse récupérer son argent. Elle voulut attraper sa dague pour essayer de les tenir à distance, mais sans qu’elle ai pu faire un geste un autre soldat lui avait attrapé l’autre poignet. Elle ne pouvait plus se défendre et les soldats étaient plus qu’insistants. Ceux-ci la trainaient déjà en direction du palais royal, surement là où ils étaient installés.
Malia ne savait absolument pas quoi faire. Les soldats l’avaient amenée dans les casernements du palais Les soldats l’avaient amenée dans une salle où il n’y avait qu’eux quatre et elle dans la pièce. Ce qui se passa ensuite fut quelque chose que Malia voulut toujours oublier bien que cet événement lui eut aussi ouvert la porte aux opportunités qu’elle attendait depuis qu’elle était née. En effet, après ce que lui firent les quatre soldats, Malia empoigna la dague qui était toujours cachée dans ses vêtements et que les soldats n’avaient pas trouvé. Elle la prit à deux mains et poignarda dans le dos les soldats qui avaient baissés leur garde et se reposaient tranquillement et sans aucune honte à coté d’elle.
Ce ne fut qu’en sortant de la salle que sa vie prit un tournant décisif, un homme passa au moment où elle ouvrait la porte et la vit trempée de sang dans des vêtements déchirés et les quatre corps derrière elle qui ne bougeaient plus. Malia pointa immédiatement sa dague sur l’homme. Celui-ci ne broncha ni ne réagi. Il dit simplement ces quelques mots :

« Ne pointez pas cette dague sur moi ! Je n’ai aucune raison de vous faire quoi que ce soit. Si vous voulez savoir, je pense même que c’est leur faute pour être arrivé là où ils en sont. Alors je vous en prie abaissez cette dague. Et puis j’aimerais parler un peu avec vous, vous me semblez particulièrement intéressante ! Voulez-vous bien ? Je vous ferais préparer un bain et de nouveaux vêtements. D’accord ? Au fait, je m’appelle Eyin. »

Malia à bout de force et à bout de nerf laissa tomber sa dague et tomba elle-même à genoux. Eyin la prit par le coude et la remit sur pieds pour ensuite l’amener dans ses propres quartiers. Là-bas il la mena dans une salle d’eau où un bain fut rapidement préparé et où des vêtements furent amenés et il alla attendre que Malia ait fini de se laver dans le salon attenant. Là, une fois que Malia se sentit plus en forme, il commença à lui parler et à lui faire des propositions. Malia, qui avait une ambition démesurée, les richesses l’avaient toujours fascinées depuis sa petite enfance, et ici un homme lui faisait la proposition de la faire rentrer dans la Guilde Noire et lui promettait qu’elle avait des chances de rapidement gravir les échelons. D’après Eyin, il la prendrait comme « femme à tout faire » et commencerait immédiatement sous son commandement. Malia accepta assez rapidement, car elle sentait un lien avec Eyin, c’était une des personnes qu’elle ait jamais rencontré qu’elle appréciait le plus. Ce n’était pas un rustre comme les soldats de la Guilde, on pouvait voir la prestance de l’homme. Ainsi ils se mirent d’accord, Malia travaillerait pour lui, et ils grimperaient les échelons ensembles.
Malia travailla donc à partir de ce moment pour Eyin. Celui-ci l’envoyait cependant rarement en mission où un combat pouvait éclater. En effet, bien qu’étant aguerrie dans les combats de ruelle, Malia était malgré tout assez fragile et était plus douée pour les missions de discrétion. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut la sous-estimer lors d’un combat, surtout ne la lâchez jamais des yeux !
Il n’y a qu’une question que Malia se pose maintenant : pourquoi Eyin avait-il décidé de la prendre sous son aile ? Il aurait pu la laisser se faire tuer par les soldats de la Guilde après son meurtre, ou tout simplement la tuer sur place après l’avoir vue. Toutes les autres hypothèses que Malia envisageait sur ce qui aurait pu se passer à ce moment là semblaient plus cohérentes et logiques que ce qui s’était passé. Mais elle était en vie et le devait à Eyin, elle n’osait donc pas le lui demander.

Avec quoi j'en suis arrivée là:

Citation :
Dans ma bourse:
* 1070 pièces

Dans mon sac:
* Rien
* Rien
* Rien
* Rien
* Rien

Sur moi:
* Petite dague de fer
Spoiler:
 

Avec qui j'en suis arrivée là:

Citation :
Qui m'a aidé:
* Eyin, après m'avoir sauvée. Je luis dois tout.

Qui m'a gêné:
* Déric Gruland, après m'avoir insultée. Un jour il paiera ce qu'il m'a fait !

Et vers où je me dirige aujourd'hui:

Citation :
-_— Place du marché, Allée d'Honneurs —_-
* N° 1
Pleine nuit, temps d'orage, je rencontre Déric Gruland et essaye de me le mettre dans la poche.

*N° 2
Déric Gruland se révèle être un abominable personnage et une guerre de parole est déclarée entre lui et moi après qu'il m'ait insultée. Il me propose néanmoins de prendre la tête d'un groupe d'homme et de les mener contre la Résistance. J'accepte.

*N° 3
Déric Gruland essaye de m'intimider ou tout du moins de faire valoir sa supériorité. Il me lance tout de même une menace à peine déguisée avant de repartir. Si j'ai bien compris, c'est un jeu qu'on vient de commencer. A la fin, l'un de nous deux en mourra. il verra ce que je vaux !
J'ai aussi pris la tête des soldats pour les mener au front et reprendre l'entrée par la Rue Cyprès. Les soldats m'écoutent parce que j'étais avec Déric Gruland plus tôt. Quoiqu'il en soit, j'espère que c'est une bonne récompense que je recevrai à la fin !

-_— Entrée par la Rue Cyprès, Allée d'Honneurs —_-
*N° 4
Ca y est, les soldats m'écoutent enfin ! En plus de ça, j'ai réussi à leur imposer une formation qui me semble la plus juste, mais aucun ne s'est exprimé dessus. J'espère seulement que ce n'est pas mon bluff de tout à l'heure qui les empêche de dire quoi que ce soit ! En tout cas on s'est rapproché du front. L'assaut est pour bientôt !

*N° 5
Le combat commence. Il y a eu peu de perte sur le début, il semblerait que ma tactique ait porté ses fruits. Malheureusement, les mages font de gros dégâts de notre coté, j'essaye donc de commencer par eux. J'en tue un et je vois un autre renard en tuer un. Le troisième magicien tue ce renard avant que je puisse le tuer moi-même.

*N° 6
Le jour se lève, je commence à fatiguer. Je ne peux pas m'approcher des archers sans me faire voir. Mais à un moment une opportunité se présente et que je prends. Seulement un guerrier de la résistance m'a suivi. Je me bats avec lui et réussi à le mettre à terre. Lui, de son coté, m'a entaillé la jambe. Ca va me gêner !

*N° 7
La Guilde Noire a le dessus sur la Résistance. un groupe de guerriers s'approche des archers. je me fond avec eux pour me protéger. Quand l'opportunité se présente, je fonce attaquer un archer. Il réussit à parer mon attaque, mais c'est trop tard pour lui, les guerriers marchent déjà sur eux. Le reste des guerriers de la Résistance tentent de prendre la fuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Malia Dias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Malia Hale ~ The werecoyote
» Les noirs et les médias canadiens
» ain't no sunshine when she's gone - malia
» Malia La Lionne Du Desert..
» Malia Tate ? L’imagination est plus importante que le savoir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité Brûleciel :: Les premiers pas :: Ecrits des joueurs-
Sauter vers: