Forum pouvant contenir des propos violents et évoquer la sexualité.


AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [2] Le grand Marché

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lune Glaciale



Sexe : Masculin
Age : Plus âgée que quiconque ne pourrait compter.

Vêtements : Voilée de nuages et parée d'argent.

Classe d'arme : Astre céleste.
Classe pro : Dispensatrice de lumière.


MessageSujet: [2] Le grand Marché   Lun 7 Juin - 19:33

[2] LE GRAND MARCHE

Description: La place de la cité, ou plus communément appelé le grand marché de Brûleciel, est l'endroit le plus vivant de la cité. De nombreux marchands itinérants viennent constemment y vendre leurs produits, tandis que de nombreuses boutiques jonchent la place. Depuis l'arrivée de la Guilde Noire au pouvoirs, le commerce itinérant y a diminué et de nombreuses boutiques ont fermé. La place s'est divisée en deux parties, l'une en proie à de sévères conflits, l'autre habitée en temps de paix.

Lieu contrôlé par la Guilde Noire:
Bloque l'accès aux lieux [3] et plus des quartiers de la Guilde Noire à tous les non-membres de la Guilde.

Pour que les non-membres de la Guilde puissent accéder au lieu:
Vous devez venir à bout des gardes et posséder un total de 90 points d'intelligence répartis entre vous et vos alliés pénétrant ce lieu.

Déplacements possibles:
- Les portes de la Demeure Royale
- Un autre lieu du quartier central


Dernière édition par Lune Glaciale le Lun 14 Jan - 21:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Déric Gruland



Sexe : Masculin
Age : 38 ans

Vêtements : Comment ça, nu?

Classe d'arme : Nouveau gouvernement
Classe pro : PnJ


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mar 8 Jan - 0:27

Introduction de Malia Dias

Sur la place du grand marché, les soldats de la Guilde Noire encerclaient l'accès depuis la rue Cyprès, sous un orage assourdissant. Parfois, les uns allaient se réfugier sous les toits, se faisant remplacer par d'autres. Les résistants étaient là, en face, et la Guilde Noire ne parvenait pas à les vaincre. Pourtant, ils n'étaient pas si nombreux, mais tous ces stupides criminels étaient tellement peu coordonnés qu'ils n'arrivaient même pas à avancer sans se marcher les uns sur les autres, et se faire arracher le crâne les uns après les autres par des flèches bien visées. La situation semblait chaotique. Il fallait agir, mais quel bon à rien pouvait bien choisir Déric pour ses plans astucieux?

La nuit était déjà bien avancée, et le conseiller du chef était assis sur les marches de la demeure royale, à l'abris de la pluie, et exténué par sa journée, pressé d'aller dormir. Mais il ne pouvait pas faire comme si la dangerosité de la situation s'adaptait à ces crétins. Il devait veiller, ou trouver quelqu'un pour veiller. Heureusement pour lui, il distingua bientôt parmi toutes ces brutes épaisses, une charmante jeune femme, qui avait intégré la guilde il y à peu. La jeune Malia Dias. Elle regardait, plus loin sous un toit, l'organisation de son clan de ce qu'elle pouvait en voir, ce que les torches dispercés voulaient bien montrer. Déric se leva et accourut vers elle, prenant bien soin d'éviter la pluie le plus possible, de toit en toit. La dernière ligne droite lui fit tremper sa chemise rouge sang et son pantalon brun.

Lorsqu'il fut à la portée de la femme, il lui lança:

"Ah... Malia c'est bien ça? Nouvelle recrue dans la Guilde. Alors, que faites-vous en pleine nuit ici? Et de ce temps là? Vous veillez sur les conflits?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Dias



Sexe : Féminin
Age : 20 ans

Vêtements : Robe aux tissus de couleur rouge, ocre, orange et jaune.

Classe d'arme : Dacensomante
Classe pro : Danseuse

Réputation : 0.5


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mar 8 Jan - 17:00

N° 1

Malia était debout sur la place du marché de l’Allée des Honneurs, juste à la frontière avec l’entrée de la Rue Cyprès qui en ce moment était tenue par la Résistance. Sans réel but, Malia se tenait là et regardait les soldats de la Guilde s’activer et se remplacer les uns les autres pour éviter la pluie. En effet, cette nuit, une pluie torrentielle tombait et l’orage grondait au dessus de la cité en étirant les ombres des bâtiments par leurs flashs. Une telle pluie n’est jamais agréable lorsqu’on est dessous, mais de là où était Malia, on l’entendait clapoter sur les pavés de la rue, se briser sur les rares fenêtres non protégées et cogner les armures de fer des soldats qui n’étaient pas si loin. Cela apaisait Malia, non pas qu’elle en eu besoin, mais seulement que c’était une des choses qu’elle aimait, du moment que ce n’était pas sur sa propre tête que cette pluie tombait.

Malia était abritée, mais avant que la pluie ne devienne si terrible, elle essayait de se promener tranquillement. Elle avait voulu dormir, mais parfois lorsqu’elle était seule la nuit et qu’elle savait que des soldats de la Guilde patrouillaient autour, elle ne pouvait pas dormir parce que le souvenir de ce qui s’était passé remontait. Ces nuits étaient rares cependant et bien souvent le fait d’aller faire un tour dehors puis de rentrer et s’allonger de nouveau marchait parfaitement. Seulement cette nuit, la pluie avait pris Malia de court et elle avait dû se réfugier sous un toit contre le mur d’un bâtiment, juste comme lorsqu’elle était jeune. Elle en profitait donc pour regarder autour d’elle, dont la barricade érigée par la Guilde Noire, les soldats courant en zigzag autour de celle-ci, et elle riait beaucoup dès que deux d’entre eux se cognaient parce qu’ils ne regardaient pas devant eux ou ne voyaient pas bien à cause de la pluie.

Ce fut alors qu’un orage éclatait que Malia aperçut une forme se diriger vers elle. Elle fit comme si elle n’avait pas vu, mais avait tout de même glissé une main sous sa robe pour empoigner sa dague. On ne savait pas qui pouvait bien vous accoster ni ce qu’ils pouvaient bien vouloir par ici et surtout à cette heure.
Mais lorsqu’il arriva assez proche d’elle, il l’appela par son nom en lui demandant si c’était bien elle. Malia, réellement étonnée se retourna avec cette expression sur son visage. L’homme avait continué en lui demandant ce qu’elle faisait là par ce temps. Malia se reprit un peu et reconnut alors Déric Gruland, un des conseillers de la Guilde. Mais elle fit alors semblant de ne pas le connaître.

« Oui c’est bien moi Malia, enchantée. Pourrais-je savoir qui vous êtes et comment vous me connaissez ? »

Malia se doutait bien que Déric Gruland la connaissait parce qu’elle accompagnait souvent Eyin au sein du palais, c’est d’ailleurs là qu’elle l’avait elle-même aperçu et qu’Eyin lui avait expliqué qui il était. Maintenant c’était l’occasion de le rencontrer en chair et en os et d’essayer de le mettre dans ses petits papiers. A ce moment c’était l’ambition dévorante de Malia qui avait repris le dessus. C’est pourquoi elle répondit plus facilement aux questions qu’il lui avait posé, elle savait qui c’était et elle pouvait, peut-être, en tirer des avantages de faire la conversation à cette personne.

« Quant à ce que je fais ici voyez-vous, j’étais en train de faire une promenade nocturne pour prendre l’air frais de la nuit et soudain la pluie s’est mise à tomber et je me suis réfugiée ici pour ne pas être mouillée. Et vous quelle est votre raison d’être éveillé à cette heure de la nuit ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Déric Gruland



Sexe : Masculin
Age : 38 ans

Vêtements : Comment ça, nu?

Classe d'arme : Nouveau gouvernement
Classe pro : PnJ


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mar 8 Jan - 19:14

Lorsque la nouvelle recrue de la Guilde exprima son ignorence vis à vis de la personne de Déric, celui-ci pâlit suffisamment pour entraîner avec lui les plus vives des couleurs. Lui, Déric Gruland, qui avait tout mis en place le plus attentivement possible pour arriver à la tête de la Guilde, réussir à se mettre le chef dans la poche au point d'en presque devenir l'organisateur, et faire en sorte que sa réputation court à travers les rues, il était improbable que cette femme ne le connaisse pas. Ou alors elle le faisait exprès. Oui surement, elle le faisait exprès. Ce genre de renardes, qui se jouait des autres avec un telle arrogance, il n'aimait guère. Et il n'aimait guère surtout parce qu'il était lui-même renard et savait de quoi il était capable. Il faudrait se méfier de cette petite trainée.

"Je suis Déric Gruland. Vous devez vous trouvez bien seule pour ne pas avoir entendu mon nom ni ne m'avoir déjà vu. Mais je vous excuse, vous êtes encore si jeune et mignone, tout ce qui attire les hommes. Méfiez-vous, on ne sait jamais ce qui pourrait se produire. On raconte qu'un écartement forcé est si vite arrivé. Oh, qu'il serait dommage de crasser un si joli corps, il n'en deviendrait que trop laid!"

Le conseiller du roi, toujours prêt pour une remarque cinglante, savait pertinemment que Malia s'était fait violer par plusieurs hommes. Mais il s'était trouvé tellement irrité de ses précédantes paroles, qu'il n'avait pas pu retenir sa remarque si déplacé. Et puis, il aimait ça, ne se lassant jamais de se flatter de sa sournoiserie. Bref, cette apparté terminé, il revint à la seconde question poser par la jeune femme.

"Je suis conseiller du roi, je ne puis pas laisser ces peu fûtés à un tel moment. Ils nous mèneraient à la ruine. Vous savez, gérer de tels incompétents n'est pas aisé. Mais vous me paraissez bien plus maligne que tous ces idiots. Que diriez-vous de prendre la tête d'un petit groupe pour crever ces résistants? Je vous sens assez forte pour dompter les plus solides de nos hommes, malgré votre féminité."

Les filets de pluies et les coups de foudre rythmaient les paroles des deux interlocuteurs, tandis que l'orage illuminait leurs visages de temps à autres. Cette tempête donnait l'impression de ne jamais vouloir cesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Dias



Sexe : Féminin
Age : 20 ans

Vêtements : Robe aux tissus de couleur rouge, ocre, orange et jaune.

Classe d'arme : Dacensomante
Classe pro : Danseuse

Réputation : 0.5


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mar 8 Jan - 20:09

N°2

Malia s’attendait à tout sauf à ce qui allait se passer. Elle ne comprit pas immédiatement pourquoi Déric Gruland avait d’abord pali, puis répondu si abruptement à une telle question. Et juste au moment où il faisait allusion à ce qui était arrivé à Malia, car c’en était une, c’était fait exprès, ce fut à son tour à elle de se raidir, ses mains se crispèrent et une lueur indéfinissable lui passa au travers des yeux, mais disparut juste après en même temps que Malia relâchait ses muscles tendus. Elle qui comptait se promener pour oublier ça se le voyait jeté en pleine figure par une personne qu’elle venait officiellement de rencontrer. Et ça c’était une faute grave de sa part, haut gradé de la Guilde ou pas, il était maintenant dans les petits papiers de Malia oui, mais dans les papiers noirs.

Cela ne l’empêcha pas de sourire, un peu crispé il faut l’avouer, mais un sourire quand même. Elle avait aussi ramené ses bras sur sa poitrine en les croisant pour pouvoir de nouveau attraper son couteau si jamais le besoin s’en faisait sentir, même si elle doutait fortement du bon coté et surtout de la possibilité de tuer un homme tel que Déric Gruland. Celui-ci était certainement plus fort et de toute manière même Eyin ne pourrait plus la protéger si jamais elle arrivait à son but. Ainsi Malia fit bonne figure devant le conseiller de la Guilde qui s’était maintenant présenté comme tel et lui expliquait que gérer des imbéciles pareils n’était pas ce qu’il y avait de plus simple.

L’orage continuait d’éclater au dessus de la place du marché, et ses lueurs vives faisaient ressortir les peaux assez pales de Malia et du conseiller et appuyaient surtout leurs sourires qui semblaient alors êtres les plus noirs du monde, au milieu de visages ne montrant soit ni émotion, soit une innocence feinte. Malia et Déric Gruland étaient au milieu de ce qu’on peut appeler une conversation de serpent. Les langues frétillaient, mais tout ce qui en sortait était le venin qu’ils essayaient d’injecter à l’autre par l’intermédiaire de celle-ci. Mais pour une personne arrivant au milieu de la conversation elle aurait l’air tout à fait normale, car il aurait fallu comprendre les sous-entendus lancés pour comprendre dans l’intégralité cette conversation. D’ailleurs Déric Gruland était maintenant en train de lui proposer de prendre la tête d’un groupe de soldats pour attaquer la Résistance. Malia était assez réticente à cette idée. Et puis elle relevait chacune des piques que lui sortait le conseiller de la Guilde Noire.
Mais coup sur coup, c’était à elle de répondre :

« Déric Gruland ? Le conseiller de la Guilde ? Mais bien sûr que je vous connais, tout le monde parle de vous dans les rues en ce moment ! Par contre, vous m’excuserez, d’après ce que disent les rumeurs, je vous croyais plus avenant, preste, comment dire… distingué ? Mais finalement, votre physique est assez cohérent avec ce que disent de vous les rumeurs. »

Malia se rendait bien compte de la position dans laquelle elle était, mais son caractère ne lui permettait pas de passer outre une telle insulte. Maintenant tout ce qu’elle espérait était qu’il y ait un échappatoire pour elle pour se sortir de cette entrevue avec cet homme qui maintenant ne faisait que la dégouter. C’est pourquoi elle releva la dernière remarque qu’il avait fait. Elle espérait qu’en l’acceptant, il penserait à autre chose ou du moins oublierait momentanément ces échanges. Ou tout au plus qu’il ne prenne pas d’action directe contre elle. Elle pouvait encore s’en sortir si ce n’était qu’un duel de paroles.

« Et bien ma foi, si vous me pensez capable de prendre la tête d’un groupe d’homme pour aller mater la Résistance, je le ferai avec plaisir ! Je veux dire que ce serait fabuleux si une femme pouvait réussir là où même un conseiller de la Guilde Noire avait du mal, ne pensez-vous pas ? Dit-elle avec son meilleur et son plus faux sourire. De combien d’hommes devrais-je m’occuper et quelle sera la cible ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Déric Gruland



Sexe : Masculin
Age : 38 ans

Vêtements : Comment ça, nu?

Classe d'arme : Nouveau gouvernement
Classe pro : PnJ


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mer 9 Jan - 11:03

La raideur de Malia et son sourire crispé ne purent que réjouir Déric d'avoir fait son petit effet. Il ne faut pas le chercher, le conseiller de la Guilde. Il se faisait une joie de provoquer quiconque l'ennuyait. Mais il se méfiait tout de même. Même s'il avait tous les pouvoirs, qu'une traitresse se fairait immédiatemment poignarder si elle tentait de l'agresser, il ne fallait jamais sous-estimer ses adversaires, et être sur ses gardes à tout moment. Dans ce bas monde, la trahison courrait comme la peste!

La réponse que lui proposa la jeune femme ne lui plut pas tellement non plus. Mais c'était toujours mieux que la précédante. Il ne prit pas compte de la remarque sur son physique, qu'à vrai dire il ne comprenait pas tant. Il n'avait que faire de son physique. Déric ne se disait même pas laid ni beau. On ne l'a d'ailleurs pas souvent vu séduire des femmes. Faisait-il partie de l'autre bord? Quelqu'un le saura peut-être un jour. Mais l'homosexualité était un tabou dont on ne parlait absolument pas dans cette cité.


"Ma chère, croyez-vous que je sois arrivé là où je suis par avenance? Ce sont mes ruses qui m'ont fait monter. On est pas dans un numéro de séduction ici. Votre vagin ne vous servira à rien. Quant à l'action que je souhaiterais vous confier, il s'agit tout simplement de récupérer l'entrée de la rue Cyprès. On ne peut plus continuer ainsi, l'ambiance devient catastrophique, et je me lasse de devoir surveiller cette place. Un conseiller ne pouvant risque de se faire tuer au combat, il est préférable de vous y envoyer. Vous seriez à la tête d'une cinquantaine d'hommes. On les a estimé à quarante de l'autre côté. Mais une si talentueuse personne que vous en vaut bien vingt de plus. Allez combattre au nom de la Guilde Noire, et vous en serez récompensée."

La pluie s'était quelque peu calmée. Déric voulut en profiter pour rejoindre ses appartements au sein de la demeure royale. Maintenant qu'il avait confié ses tâches à une sous-fifre, il pouvait rentrer en paix se reposer. Il fixa quelques instants les mouvements des hommes sur la place et le sol boueux piétiné par mains passages, puis revint vers Malia.

"Bien, je vous laisse vous débrouiller. Allez recueillir vos hommes, je vais vaquer à d'autres occupations. En espérant que vous remporterez votre mission avec succès. Il en va du bien de votre réputation mademoiselle. Ici, les langues de vipères réussissent... ou se font exécuter. A bientôt ma jolie dame."

Et il s'en alla comme il était arrivé, à toute vitesse sous les toit et éblouit par les éclairs, comme une ombre menaçante jouant aux dés avec ceux qu'il rencontrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Dias



Sexe : Féminin
Age : 20 ans

Vêtements : Robe aux tissus de couleur rouge, ocre, orange et jaune.

Classe d'arme : Dacensomante
Classe pro : Danseuse

Réputation : 0.5


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mer 9 Jan - 23:07

N° 3

Déric Gruland n’avait absolument pas réagi comme Malia le pensait. Sur ce qu’elle avait dit, la seule chose qu’il releva, fut sa remarque assez peu subtile sur son physique, mais cette absence de réaction lui permit aussi de s’en tirer sauve après avoir provoqué le conseiller le plus puissant de la Guilde. Celui-ci, comme Malia, n’avait par contre pas apprécié cette première rencontre. Deux esprits marchants de manière opposée se rencontrant et se cognant l’un contre l’autre, voilà à quoi ressemblait cette conversation.

Le conseiller essaya même de le dire à haute voix à l’intention de Malia en soulignant le fait qu’il était lui-même arrivé là où il en était par ses propres ruses et non pas en séduisant à tout va. Malia n’était pas réellement en accord avec ce point de vue. Elle utilisait la séduction certes, mais elle voyait cela comme un moyen, comme un atout de son corps. Elle se servait de celui-ci pour obtenir ce qu’elle voulait comme d’autres se servaient de leurs mains pour attraper ce qui était en face d’eux. Malia cependant n’hésitait pas non plus à prendre à pleines mains ce qu’elle désirait.

Déric Gruland lui dit enfin ce qu’il attendait d’elle. En fait il attendait qu’elle s’occupe de cette attaque à sa place pour ne pas qu’il risque quoi que ce soit. Il l’envoyait en fait reprendre l’entrée de la Rue Cyprès avec 50 hommes contre 40 de l’autre coté. Aux dernières paroles du conseiller, Malia leva un sourcil, en effet, lui qui n’avait pas arrêté de l’insulter et d’essayer de l’humilier venait de lui dire qu’elle valait bien plusieurs hommes de la Résistance et que si elle réussissait cette mission elle serait récompensée. Malia ne savait pas comment prendre cela, s’il était sérieux ou qu’il attendait de voir comment réagissait Malia.

Mais à peine eût-elle le temps de lui répondre qu’il était déjà reparti vers les portes du palais royal. Seulement avant de vraiment quitter l’abri du toit il se retourna pour lancer une dernière pique à Malia. Celle-ci la nota, c’était un réel combat qui commencerait dès lors entre les deux personnes. Le conseiller avait clairement dit que soit on réussissait, soit on mourrait. Menace à peine déguisée montrant à quel point Déric Gruland avait confiance en ses capacités. Malia ne pourrait pas le faire tomber aujourd’hui, mais elle l’avait mis dans sa liste mentale de choses à faire et un jour elle le fera. D’ailleurs, celui-ci s’était de nouveau retourné et courait maintenant vers le palais royal.

Malia se retourna vers la place en face d’elle et les soldats qui y couraient. La pluie s’était réduite et on avait une meilleure visibilité des alentours. Elle remarqua alors que certains soldats la regardaient. Elle les regarda fixement à leur tour et ils détournèrent les yeux. Malia trouva ce phénomène très intéressant et pensa qu’il devait venir du fait qu’elle avait eu une « conversation » avec Déric Gruland d’une longueur supérieure à un ordre donné. Les soldats qui ne pouvaient entendre ce qu’ils se disaient devaient croire que les deux personnes se connaissaient et la terreur que leur inspirait le conseiller avait dû déteindre sur elle. Elle décida alors de ce servir de cet avantage. Finalement la rencontre de Malia avec cet homme lui avait apporté quelque chose de positif, bien qu’elle soit toujours autant dégoutée par celui-ci.

Malia s’avança donc en direction des soldats sous une pluie encore plus clairsemée que précédemment. Ceux-ci ne pouvaient s’empêcher de la regarder s’avancer et ils devaient se demander pourquoi elle était là, quel était son lien avec Déric Gruland, mais surtout ce qu’elle leur voulait.
Malia s’arrêta alors à quelques mètres d’eux, attendit quelques instants que ceux qui ne l’avaient pas encore remarquée lèvent la tête et leur lança à voix forte :

« Soldats de la Guilde ! Formez les rangs ! »

C’était quitte ou double. Elle espérait réellement que sa tactique offensive de ne pas leur laisser le temps de réfléchir aux ordres en s’appuyant sur la terreur qu’ils éprouvaient pour le conseiller marche. Et ça avait l’air plutôt bien parti, en effet tous les soldats se mirent immédiatement en rang devant elle. Elle attendit encore quelques instants et reprit :

« Très bien, vous êtes désormais sous mon commandement ! L’ordre vient de tomber : nous allons au front reprendre l’entrée de la Rue Cyprès ! Je vous veux disciplinés et prêts ! Nos informations nous révèlent qu’il y a quarante résistants de l’autre coté de la barricade. Nous sommes cinquante. Mais même en surnombre il ne faut pas penser la victoire comme acquise ! »

« Et pourquoi on écouterait une dam’zelle à moitié nue ? »

L’intervention venait de l’intérieur des rangs de la part d’un soldat qui ne semblait pas l’avoir vue plus tôt en compagnie de Déric Gruland. Tout ce qu’elle ne voulait pas en bref. Mais chacun regardait maintenant le soldat qui avait interrompu Malia, puis les regards se retournèrent de nouveau sur elle pour voir quelle était sa réaction.

Malia ne se défit pas et ne laissa rien paraître de ses réelles émotions sur son visage. Elle adopta même un masque froid avec un brin de colère qui remontait à la surface. Elle espérait l’avoir assez bien interprété et commença à avancer vers le trublion d’un pas franc et décidé. Elle ne le quittait pas des yeux, et les soldats de devant se décalèrent pour la laisser passer. Elle en fut heureuse, car elle ne savait pas si elle aurait bien joué pour leur demander de se pousser. En tout cas c’est ainsi qu’elle arriva devant le soldat. Elle répondit alors :

« “Et pourquoi on écouterait une dam’zelle à moitié nue ?“ Qu’il dit ! Tu veux savoir pourquoi ? Très bien ! On peut t’emmener voir le conseiller Gruland si tu veux des réponses ok ? Je suis sûre qu’il appréciera de te répondre après que tu l’aies réveillé au milieu de sa nuit !»

Elle avait fait exprès d’appeler Déric Gruland “Le conseiller Gruland“. Cela donnait un aspect professionnel au nom et pouvait faire croire qu’ils se connaissaient personnellement. Elle espérait que cette fois ce serait assez pour tenir les soldats tranquilles. Voyant que le soldat en face d’elle n’osait répondre elle se remit devant le groupe et leur dit :

« Allez, assez parlé. On y va ! »

[Départ pour l’entrée de la Rue Cyprès par l’Allée d’Honneurs]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malia Dias



Sexe : Féminin
Age : 20 ans

Vêtements : Robe aux tissus de couleur rouge, ocre, orange et jaune.

Classe d'arme : Dacensomante
Classe pro : Danseuse

Réputation : 0.5


MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Mer 23 Jan - 21:59

Arrivée apr l'entrée par la Rue Cyprès
N° 9

Malia revenait de l’entrée de la Rue Cyprès avec ses hommes. Il ne lui en restait que 13 alors qu’elle était partie avec 50. Ils avaient triste mine après s’être battus toute la nuit : leur fatigue avait dessiné des poches noires sous leurs yeux rouges injectés. Mais ils étaient tous heureux d’être revenus et ne pouvaient pas non plus le cacher, ils se tenaient par les épaules et riaient et se donnaient des coups dans le dos. Malia les regarda un moment, puis leur dit en les regardant tous dans les yeux.

« Soldats ! Je vous remercie de vous être battus à mes cotés cette nuit. Si un jour on me renvoie me battre contre la Résistance, j’aurais plaisir à tomber de nouveau sur votre groupe !
La mission de cette nuit est terminée, nous avons repris à la Résistance l’entrée de la Rue Cyprès et une autre troupe de soldats est déjà en train de la barricader et de la défendre. Vous pouvez dès maintenant rentrez chez vous. »

« Bien madame ! »

Malia fut encore une fois surprise de s’entendre être appelée ainsi. De plus, cette fois ce n’était pas seulement le soldat qui lui avait amené un bandage, mais c’était toute la troupe qui se tenait droite devant elle qui l’avait appelée madame. Elle se rapprocha du premier soldat avant qu’il n’ait pu aller bien loin et lui demanda :

« Pourquoi m’appelez-vous tous “Madame” ? »

« C’est une marque de respect. Et nous vous la devons pour avoir pris notre tête, sinon juste pour avoir bataillé avec nous. De plus nous avons tous remarqué que durant le combat, vous n’avez ni hésité, ni perdu votre sang-froid, ni votre courage. Et croyez-moi bien que c’est un fait rare, même parmi l’armée. »

Malia ne sut quoi répondre à ce que venait de lui dire le soldat. Elle était complètement prise au dépourvu et bredouilla un “Merci beaucoup” au soldat avant de lui faire un signe d’au revoir alors qu’il rentrait chez lui. Malia restât quelques moments là où elle se tenait pour réfléchir à ce que lui avait dit l’homme, mais finit par se dire que de toute façon c’était ainsi.
Malia repris donc le chemin de la Rue Cyprès. Maintenant que la Guilde Noire tenait l’entrée, elle n’avait plus à passer par les petites ruelles alentours. Elle repassa devant la troupe qui les avait remplacés et ne leur jeta même pas un regard. Puis elle continua jusqu’à atteindre la Rue Cyprès.

[Départ pour la Rue Cyprès]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [2] Le grand Marché   Aujourd'hui à 17:02

Revenir en haut Aller en bas
 
[2] Le grand Marché
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP pour tous] Le grand marché de Dhitys
» Méréwyïn Alaryïn [Grand prêtre d'Arcamenel] {réservé Ambre}
» Tralïn- guerrier nomade grand tueur d'orque
» Un sous-commissariat à Grand'Ravine
» Nouveau lac formé par le séisme en Haïti menace d'inonder Grand-Goâve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité Brûleciel :: Le Quartier Central-
Sauter vers: